Avoir de l’humour noir est un signe de haute intelligence

Par , publié le 31/01/2017 lexpress.fr

Et si le nouveau test de QI [quotient intellectuel] consistait à jauger la réaction des gens face à l’humour noir? Une étude publiée dans la revue Cognitive Processing indique en tout cas que l’intelligence joue un rôle majeur dans l’appréciation de cette forme d’humour qui aborde des thèmes morbides, comme la guerre, la mort, la maladie, le handicap ou le racisme.

EN IMAGES >> EN IMAGES. Fluide Glacial, 40 ans d’humour noir

Pour en arriver à cette conclusion, l’équipe de chercheurs emmenée par Ulrike Willinger, de l’Université médicale de Vienne, en Autriche, a interrogé 156 personnes -76 femmes et 80 hommes- âgées de 33 ans en moyenne. Les scientifiques ont montré aux participants 12 dessins humoristiques de The Black Book, une bande dessinée du dessinateur allemand Uli Stein, l’un des maîtres en matière d’humour noir, explique The Guardian.

« Bien sûr que c’est mon mari »

L’un des dessins représentait par exemple un docteur dans une morgue, soulevant le drap d’un corps. Une femme confirmait alors: « Bien sûr que c’est mon mari. Mais au fait, quelle lessive avez-vous utilisée pour le rendre si blanc? ». Un autre montrait une discussion entre un médecin généraliste et un couple attendant un enfant. « Pour commencer, voici la bonne nouvelle, votre enfant trouvera toujours une place de parking. »

Les chercheurs ont ensuite demandé aux participants s’ils avaient compris, et surtout s’ils avaient apprécié ces traits d’humour. Puis, ils les ont séparés en trois groupes et leur ont fait passer des tests oraux et écrit de QI, des tests sur l’humeur et l’agressivité et les ont interrogé sur leur parcours scolaire.

Peace, love, QI et humour noir

Le « groupe 3 », constitué de personnes ayant le mieux compris et le plus apprécié les blagues, a obtenu les meilleurs scores aux deux tests de QI (109,7 et 118,1), mais aussi les scores les plus bas aux tests d’agressivité et d’humeur. Les membres étaient aussi « les mieux éduqués », précise l’étude.

Le « groupe 1 », lui, était composé de personnes ayant modérément compris les traits d’humour et les ayant détestés le plus. Leur score de QI était dans la moyenne (101 et 97,8), mais leur score « de mauvaise humeur » et d’agressivité étaient, eux, les plus hauts.

Le « groupe 2 », enfin, était formé de personnes ayant modérément compris et modérément aimé les gags. Elles montraient une intelligence moyenne (96,8 et 102,8), comme le groupe deux, mais leurs scores aux tests d’humeur et d’agressivité étaient moins élevés.
L’article ici

Publicités