«Doués et oubliés»: la douance, pas toujours un cadeau

Qu’est-ce qu’une maman doit répondre à sa fillette de cinq ans qui lui reproche de l’envoyer à l’école en alléguant qu’il s’agit là d’une «insulte à son intelligence»? Comment un parent peut-il motiver son garçonnet musicien, qui rêve de devenir paléontologue et violoncelliste, mais qui peine à trouver des amis qui partagent les mêmes intérêts que lui à la récréation? Doit-on s’inquiéter si notre bout de chou récite l’alphabet à 18 mois et sait lire le tube de dentifrice à trois ans? Est-il sain d’envisager une entrée au secondaire à 10 ans pour un enfant apte à «sauter» des niveaux scolaires?

On parle souvent et abondamment des bambins qui souffrent de difficultés d’apprentissage, mais beaucoup plus rarement des jeunes surdoués qui s’ennuient en classe parce que trop en avance intellectuellement sur le reste du groupe.

Souvent laissés pour compte, avec des symptômes qui s’apparentent fréquemment à ceux du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) – hypersensibilité, impulsivité et incompréhension de leur entourage -, les enfants surdoués ou «à haut potentiel» sont autant à risque de prendre une mauvaise tangente, de décrocher ou de faire une dépression que ne le sont les gamins qui ont du mal à apprendre, car le rythme d’enseignement à l’école traditionnelle est trop lent ou inadapté à leurs capacités. L’absence de défis et, donc, de motivation, affecte l’estime de soi de l’enfant, qui aura de surcroît du mal à connecter avec les camarades de son âge.
En revanche, excellents dans leur champ d’activité, brillants et articulés, ces petits bouts d’hommes et de femmes pourraient donner des complexes à bien des adultes à l’intelligence dite «normale».

La suite ici

École Étinç’ailes :

le 16 avril 2014
ouverture en septembre 2014 d’une école accueillant les EIP, les Dys, les TDA sur Lyon

École Étinç'ailes : ouverture en septembre 2014 d'une école accueillant les EIP, les Dys, les TDA sur LyonUne très chouette initiative sur Lyon : l’ouverture prochaine d’une nouvelle école accueillant des enfants à haut potentiel intellectuel, Dys, TDA, etc.

A l’origine de ce beau projet : Chloé Coffy, elle-même maman de 3 EIP & enseignante & formatrice pendant 15 ans sur Lyon !

Chloé a démissionné de l’Éducation Nationale pour créer une école primaire sur le nord de Lyon.

Une école qui accueillerait les enfants à qui le système scolaire standard ne convient pas ou qui ont tout simplement besoin de rythmes différents, d’une écoute & d’un regard différents

École libre, privée & hors contrat (toute école qui se créée l’est obligatoirement durant 5 ans), l’école Etinç’ailes ouvrira ses portes dans le nord de Lyon (proche de Caluire) à la rentrée 2014

Chloé COFFY fut enseignante pendant 15 ans dans l’éducation nationale et formatrice. Elle a ainsi pu constater la nécessité d’une autre proposition pédagogique pour certains enfants.

Son expérience en tant que professeur des écoles, en contact quotidien avec les enfants, lui a donné envie d’agir pour ceux à qui le système ordinaire ne convient pas.

Préoccupée par la problématique des Enfants Intellectuellement Précoces (EIP), elle a participé, avec l’inspection académique du Rhône, à l’élaboration d’un livret pour accompagner la scolarisation de ces enfants.

Confrontée régulièrement aux difficultés des enfants ayant des troubles spécifiques des apprentissages, elle s’est formée afin de les aider au mieux dans leur scolarité.

En tant que formatrice et tutrice, elle a recherché puis mis en place des pédagogies alternatives pour permettre à chaque enfant d’apprendre sereinement et de se construire en étant fier de lui.

Contact :
chloecoffy@ecole-etincailes.fr
07.82.04.89.12
www.ecole-etincailes.fr

Plaquette école Ectinç'Ailes (cliquez pour ouvrir)