«Doués et oubliés»: la douance, pas toujours un cadeau

Qu’est-ce qu’une maman doit répondre à sa fillette de cinq ans qui lui reproche de l’envoyer à l’école en alléguant qu’il s’agit là d’une «insulte à son intelligence»? Comment un parent peut-il motiver son garçonnet musicien, qui rêve de devenir paléontologue et violoncelliste, mais qui peine à trouver des amis qui partagent les mêmes intérêts que lui à la récréation? Doit-on s’inquiéter si notre bout de chou récite l’alphabet à 18 mois et sait lire le tube de dentifrice à trois ans? Est-il sain d’envisager une entrée au secondaire à 10 ans pour un enfant apte à «sauter» des niveaux scolaires?

On parle souvent et abondamment des bambins qui souffrent de difficultés d’apprentissage, mais beaucoup plus rarement des jeunes surdoués qui s’ennuient en classe parce que trop en avance intellectuellement sur le reste du groupe.

Souvent laissés pour compte, avec des symptômes qui s’apparentent fréquemment à ceux du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) – hypersensibilité, impulsivité et incompréhension de leur entourage -, les enfants surdoués ou «à haut potentiel» sont autant à risque de prendre une mauvaise tangente, de décrocher ou de faire une dépression que ne le sont les gamins qui ont du mal à apprendre, car le rythme d’enseignement à l’école traditionnelle est trop lent ou inadapté à leurs capacités. L’absence de défis et, donc, de motivation, affecte l’estime de soi de l’enfant, qui aura de surcroît du mal à connecter avec les camarades de son âge.
En revanche, excellents dans leur champ d’activité, brillants et articulés, ces petits bouts d’hommes et de femmes pourraient donner des complexes à bien des adultes à l’intelligence dite «normale».

La suite ici

Publicités

Hypersensibles et doués

pour écouter l’émission: Cliquez Ici

Pourquoi faudrait- il se préoccuper des gens qui ont quelque chose en plus ? Tout simplement parce que leur parcours professionnel n’est jamais ni très simple, ni très heureux.

Alors que les profils de personnalités sont en général assez identifiables, celui de l’adulte doué et sensible est délicat à cerner. Sa réussite dans le monde du travail n’est pas si évidente, son fonctionnement le conduit souvent à se sentir décalé. De ce sentiment d’inadéquation, naît une grande souffrance. Sensibilité, intuition, intelligence sont pourtant de vrais atouts pour qui sait les reconnaître.

Quelles sont les difficultés des adultes doués au travail ? Pourquoi en rencontrent-ils ? Comment définit-on un adulte doué ? Quelles sont ses forces, ses fragilités ? Comment peut-il trouver sa voie, être accepté et réaliser son potentiel ?
La tête au carré// France inter

démarrer l'écoute(ré)écouter cette émission (disponible jusqu’au 06/01/18 à 14h59)