« Ce n’est qu’adulte que j’ai découvert que je souffre d’un trouble avec déficit de l’attention et que je suis surdouée »

huffingtonpost.fr//03/10/2018

Cette année, j’ai découvert que j’avais un TDA/H + HP: trouble déficitaire de l’attention + haut potentiel.

Petite définition rapide avant de vous expliquer le pourquoi du comment de cette découverte et ses conséquences:

TDA/H: les personnes atteintes d’un Trouble de Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H) ont des difficultés à se concentrer, à être attentives et à mener à terme des tâches le moindrement complexes. Elles ont souvent du mal à rester en place, à attendre leur tour et agissent fréquemment de façon impulsive.

HP: la définition la plus couramment utilisée par les chercheurs consiste à dire qu’une personne à à Haut Potentiel intellectuel (HPI) est celui dont le quotient intellectuel (QI) égale ou dépasse 130.

L’image que l’on se fait de l’adulte surdoué est souvent bien loin de la réalité: on pense qu’il réussit tout ce qu’il entreprend, qu’il est favorisé, qu’il est intellectuellement supérieur aux autres, qu’il s’y croit…

La réalité est bien plus mitigée, car les personnes surdouées ont la plupart du temps un parcours chaotique tant au niveau scolaire que professionnel.

Il n’y a pas de lien entre le TDA/H et l’intelligence d’une personne. Les difficultés scolaires ou professionnelles dont souffrent la plupart des personnes avec un TDA/H sont le plus souvent liées aux troubles du comportement ou au déficit d’attention, mais pas à un manque d’intelligence.

Tout au long de ma scolarité, en prenant de l’âge et tout le long de ma vie d’adulte, je suis parvenue à me corriger sur un nombre assez important des signes de ce déficit

Ce fut un effort de tous les instants, beaucoup de volonté et de courage personnels. Prendre le contrôle sur son naturel est une véritable lutte acharnée au travers de laquelle on apprend véritablement à se dominer et c’est toujours un sentiment d’honorabilité que l’on ressent quand on y arrive, car ce sont souvent les autres qui le remarquent et qui vous en manifestent la reconnaissance.

Les caractéristiques principales du trouble de déficit de l’attention:

  • Échoue souvent à porter attention aux détails ou fait des erreurs d’inattention à l’école, au travail, ou lors d’autres activités
  • A souvent des difficultés à soutenir son attention lors de tâches
  • Semble souvent ne pas écouter lorsqu’on lui parle directement
  • Souvent, ne suit pas correctement les instructions, ou échoue à finir le travail, les devoirs à l’école ou à la maison
  • Manque d’organisation
  • Difficulté à anticiper
  • Difficulté à mener à bien un projet
  • Procrastination
  • Phobie administrative
  • Impulsivité et manque de diplomatie
  • Impatience et difficulté à gérer la frustration
  • À tendance à éviter, à ne pas aimer ou à repousser toute tâche qui requiert un effort mental soutenu, comme les devoirs à la maison ou à l’école
  • Est facilement distrait par des stimulis extérieurs
  • Oublie souvent ce qu’il doit faire dans la journée.

Plusieurs chercheurs pensent en effet que les personnes TDA/H (avec ou sans hyperactivité) sont la plupart surdouées, mais que leur inattention ou leur hyperactivité les empêchent de bien se concentrer sur les items du test de QI.

Comment (dans mon cas) peut-on se référer à un test de QI quand rester concentré plus de 5 minutes sur une même tâche vous parait impossible? Comment se sentir normal quand une simple tâche vous demande un effort que vous ne parvenez pas à expliquer? Comment l’expliquer à vos proches?

Les proches des TDA/H sont dans une posture inconfortable: ils doivent être là sans trop en faire, avoir du tact en toutes circonstances et surtout ne pas les infantiliser.

Je me suis rendu compte après cette découverte que je suis entourée de personnes qui m’aiment sincèrement. Malgré mon côté tête en l’air, mon manque d’organisation, de ponctualité et tous les défauts agaçants liés à ce déficit.

Mon entourage est d’une telle bienveillance que s’il n’y avait pas eu le système scolaire et/ou le travail dans ma vie, je n’aurais probablement jamais su que j’avais « un problème ».

Je suis entourée de personnes exceptionnelles qui connaissent mes défauts et qui donc par automatisme anticipent mes bourdes, mes oublis, etc.

Mais la vie, ce n’est pas le monde des bisounours. Pour réussir un minimum et subvenir à ses besoins, les cases école/travail sont obligatoires.

C’est donc au travail que les difficultés liées à mon trouble ont commencé à avoir un impact sur ma santé mentale.

Un oubli, un mail incomplet, une information transmise incorrecte, etc. C’était toujours « Bah je pense que ça doit être Alima ». Je n’ai aucun problème de compréhension, je sais ce qu’on attend de moi et au fond de moi il y a cette petit voix qui crie: « MAIS JE SUIS PAS BÊTE! ». Mais voila les faits sont là… Donc j’ai commencé à me faire à l’idée que tout le monde ne pouvait être doté d’une intelligence.
La suite

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s