Un surdoué au travail, ça ressemble à quoi ?

Béatrice Duka//janvier 2016//

Enfants, on les traitait d’intellos. Dans le monde du travail, on les appelle les talents ! Qui sont-ils vraiment, ces agités du ciboulot ?

Perfectionnistes, persévérants, exigeants, dotés d’un esprit créatif et novateur, ils proposent des solutions originales pour résoudre des problématiques complexes. Décelant facilement la moindre faille de raisonnement ou le moindre dysfonctionnement, ils sont pourtant souvent en proie au doute et développent pour la plupart ce qu’on appelle le syndrome de l’imposteur (1).

Dans l’inconscient collectif, on imagine le surdoué avec un look « premier de la classe », des lunettes en cul de bouteille nichées sur le bout du nez, arrogant, pédant, un brin moralisateur. Et cette image lui colle à la peau depuis sa plus tendre enfance : En cause, sa curiosité naturelle, ses centres d’intérêts un peu particuliers, son côté « je sais tout », et son vocabulaire trop riche. Etre intello, c’est mal perçu dans les cours de récré : Ses camarades l’évitent, le raillent. Blessé et déjà conscient des ses différences sans pouvoir les expliquer ni même y remédier, il se sent frustré, incompris, inadapté. Il agit alors comme un véritable caméléon, développant des stratégies d’adaptation pour essayer de se fondre dans la masse, renonçant à être lui-même pour se conformer à ce que les autres attendent de lui. Objectif : se faire accepter.

Les recruteurs quant à eux l’imaginent sortant de grandes écoles, bardé de diplômes. Bien souvent, son cursus scolaire et son CV témoignent pourtant du contraire : Qui dit surdoué ne dit pas forcément parcours brillant. En effet, les surefficients sont pour la plupart des autodidactes qui semblent multiplier les expériences professionnelles autant que leurs hobbies, allant jusqu’à changer totalement d’orientation professionnelle en cours de route, ce qui, au regard des employeurs, ne constitue pas forcément un plus. A tort…

Touche à tout, il aura besoin d’explorer de nouvelles activités tant sur le plan personnel que professionnel. Ce qu’on prendra pour de l’instabilité ne révèle en fait qu’une incapacité à travailler sur des tâches répétitives. Il a constamment besoin de s’accomplir dans de nouvelles missions et d’être sollicité sur de vrais challenges, faute de quoi, il s’ennuie. Pour exploiter au mieux ses capacités, confiez-lui des activités à développer, des réorganisations à mener ou des projets à mettre en place, épanoui dans l’action, vous aurez alors affaire à un véritable bourreau de travail. Grâce à sa pensée en arborescence, il a un raisonnement global et intuitif : Il réfléchira non seulement aux enjeux mais aussi à tous les détails qui pourraient faire échouer le processus, de manière logique, séquencée, comme un ordinateur auquel on injecte des données à analyser.

A titre personnel, lorsqu’il est confronté à un sujet qu’il n’a jamais abordé, si celui-ci le passionne, il pourra devenir un véritable expert en quelques jours seulement. Tel le boulimique, il engloutit une à une toutes les informations qu’il trouve, écumant les ouvrages avec avidité jusqu’à en extraire le moindre petit détail. Et cette boulimie ne prendra fin que lorsqu’il aura la sensation d’avoir exploré tout ce qu’il avait à savoir sur le sujet, repu. Bien souvent, on le verra s’intéresser à des domaines aussi variés que la mythologie, les sciences (mathématiques, astrophysique, biochimie…), la politique, la psychologie, l’anthropologie, la littérature, l’histoire de l’art… Et contrairement aux idées reçues, ce n’est pas pour être plus intelligent qu’il ingurgite tout ce savoir : Il est tout simplement incapable d’agir autrement. Il est d’ailleurs le premier à en souffrir. Il n’est pas rare de l’entendre dire qu’il préfèrerait être normal et qu’il donnerait n’importe quoi pour trouver le bouton « off »

La suite ici

(1) Syndrome de l’imposteur : Appelé aussi syndrome de l’autodidacte, les personnes qui en sont atteintes expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, un travail acharné, leurs relations, des circonstances particulières). Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs et s’attendent à être démasquées d’un jour à l’autre. » (Source : Wikipedia).(2) Syndrome de Cassandre : Le syndrome de Cassandre est une expression tirée de la mythologie grecque. Cassandre avait reçu le don de Prophétie et la malédiction de ne jamais être crue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s