Surdoués, douance, précocité : 8 idées reçues

On les croit sûrs d’eux, forcément heureux, supérieurs… Pourtant la réalité des adultes surdoués est toute autre. En cause ? Une incompréhension et surtout, une méconnaissance de ces personnes différentes, hors normes. Le point, avec Monique de Kermadec, psychanalyste et spécialiste des surdoués, sur huit fausses croyances.     Margaux Rambert

Etre surdoué, c’est avoir un QI supérieur à 130

La réponse de Monique de Kermadec : « En France, on considère effectivement qu’une personne est surdouée si elle a un QI supérieur à 130. Mais une danseuse étoile à l’opéra, un champion de natation ou encore un vendeur exceptionnel ont par exemple un talent qui les sort nettement de la norme. Est-ce que ces personnes ne méritent pas, elles aussi, d’être appelées surdouées ? La douance ne concerne pas que l’intelligence cognitive, mais aussi les intelligences relationnelles et émotionnelles. Une personne surdouée porte un regard spécial sur le monde. Elle possède une manière particulière de le décoder, d’entrer en relation avec lui. »

La douance disparaît avec l’âge

La réponse de Monique de Kermadec : « C’est faux. La douance ne diminue pas avec l’âge, pas plus qu’elle n’apparaitrait subitement à l’âge adulte. La précocité d’une personne est congénitale. Autre point fondamental : on en parle toujours comme de quelque chose de statique. Mais en réalité, la douance prend des formes et des tonalités différentes en fonction des âges de la vie. C’est un processus, quelque chose qui évolue. On ne va pas vivre de la manière ses dons quand on a 10, 20, 40, ou 60 ans. »

Les personnes surdouées sont heureuses

Etre surdoué : un atout ou une faiblesse ? Un grand nombre d’adultes surdoués souffrent de leurs aptitudes pourtant exceptionnelles, qu’ils vivent parfois même comme un handicap. Les explications de Monique de Kermadec (…).

Laréponse de Monique de Kermadec : « Enréalité, beaucoup souffrent deleur différence, mal vécue ou mal comprise parleur entourage, et sesententmarginalisées.Certainessontvictimes de discriminations. Etnombre d’entreelleséprouvent unmanque deconfiance enelles,sont en situation d’échec social, sentimental, ouprofessionnel, et ont du mal à s’intégrer dans lasociété ».Les personnes surdouées se sentent supérieures

La réponse de Monique de Kermadec : « On croit souvent que les personnes surdouées ont une grande confiance en elles et se sentent supérieures aux autres. C’est totalement faux. Je n’ai jamais vu des personnes douter autant d’elles-mêmes : elles sont les premières à percevoir leurs limites et sont toujours à la recherche de mieux faire. Elles voient toujours ce qui manque, la faille. Leur perfectionnisme n’est d’ailleurs pas toujours supporté par leur entourage, qui les juge critiques, voire pessimistes. »

Les personnes surdouées sont admirées et se font facilement des amis

La réponse de Monique de Kermadec :« Certains surdoués sont admirés, mais je ne suis pas sûre que l’admiration aide nécessairement à se faire des amis. Elle suppose toujours une part d’envie, de jalousie. Par contre, il est vrai que les adultes surdoués issus de familles qui ont encouragé leurs intelligences émotionnelle et relationnelle savent se faire des amis, sont charismatiques, deviennent des leaders. Mais beaucoup d’autres ont du mal à entrer en relation avec les autres, avec le monde extérieur. »

Les personnes surdouées sont toujours motivées

La réponse de Monique de Kermadec : « Pour un sujet ou une cause qui leur tient à coeur, il n’y a pas plus motivé qu’elles. Ce sont des gens qui ont une incroyable capacité à se passionner : ils ne comptent plus leur force, leur énergie. Ils deviennent alors corvéables et disponibles à 100%. En revanche, si un sujet ne les intéresse pas, ils ont beaucoup de mal à s’y mettre. Leur motivation n’est pas universelle, mais ciblée. »

Les personnes surdouées savent résoudre tous leurs problèmes

La réponse de Monique de Kermadec : « Les surdoués ont une pensée rapide, des aptitudes de raisonnement, qui vont les amener à trouver rapidement une solution originale. Mais attention, ce n’est pas parce qu’on est intelligent, que l’on va pouvoir tout résoudre, y compris ses problèmes relationnels. »

Les personnes surdouées sont instables

La réponse de Monique de Kermadec : « Les surdoués sont parfois vues comme des personnes instables, touche-à-tout. En réalité, c’est qu’une fois qu’elles ont résolu un problème, elles ont envie d’en aborder un autre. Une fois qu’elles ont passé plusieurs mois sur un poste, l’appétit se perd par exemple. Et naît une envie d’autre chose. Elles ont un besoin de nouveauté. La répétition au quotidien est quelque chose qui leur est particulièrement difficile.

 

Publicités

2 réflexions sur “Surdoués, douance, précocité : 8 idées reçues

  1. Je me suis acheté votre dernier livre et je vous rejoins sur votre paragraphe sur le QI lu sur votre site. Je ne sais pas si j’ai un QI élevé mais une grande capacité à comprendre et surtout résoudre des problèmes techniques de tout ordre et ceci me pose les mêmes problèmes que vous décrivez si bien. Par exemple, je n’ose pas énumérer mes savoirs-faire, ni annoncer que dans un domaine j’ai exercé presque tous les métiers… En physique, au Lycée je comprennais le cours sans forcer sans apprendre à la maison, même avec des profs dont mes copains se plaignaient… le reste ne m’intéressait pas trop même si j’aurais aimé mieux comprendre la mécanique des filles ;-)… Les métiers répétitifs n’étaient pas pour moi et j’ai été classé dans les instables jusqu’au jour ou j’ai compris que j’avais besoin de résoudre des problématiques de façon plus efficace et plus pragmatiques que les approches usuelles. J’ai excelé sur certaines résolutions de problématiques ave ded approches très humanistes sur des durée toujours plus courtes que prévues par les chefs de projet (pas toujours évident d’expliquer ou de glander pour ne pas vexer le chef ! ) Certains ont gagné bcp d’argent grâce à mon travail et en gagnent encore ces dernières années (je ne suis pas mauvais en business modèle et montage d’affaires…). Ces dernières années, ayant la tête qui dépassait de trop du rang, certains ont dépensé beaucoup d’énergie pour me couper les pattes, genre de comportement fréquent dans les grosses boutiques quelquefois gangrenées par la mediocratie, ce que je n’ai pas su gérer piur des eaislns qye viys expliquez tres bien… BURN-OUT … disjonction de la mécanique du corps… me suis donc lancé dans la résolution des problèmes de la mécanique de l’esprit 😉 et suis sur la bonne voie avec votre aide alors merci !

  2. Je me suis acheté le dernier livre de Monique de Kermadec et je vous rejoins sur votre paragraphe sur le QI lu sur votre site. Je ne sais pas si j’ai un QI élevé mais une grande capacité à comprendre et surtout résoudre des problèmes techniques de tout ordre et ceci me pose les mêmes problèmes que vous décrivez si bien. Par exemple, je n’ose pas énumérer mes savoirs-faire et l’ensemble des domaines, ni annoncer que dans un domaine j’ai exercé presque tous les métiers… En physique, au Lycée je comprennais le cours sans forcer sans apprendre à la maison, même avec des profs dont mes copains se plaignaient… le reste ne m’intéressait pas trop même si j’aurais aimé mieux comprendre la mécanique des filles ;-)… Les métiers répétitifs n’étaient pas pour moi et j’ai été classé dans les instables jusqu’au jour ou j’ai compris que j’avais besoin de résoudre des problématiques de façon plus efficace et plus pragmatiques que les approches usuelles. J’ai excelé sur certaines résolutions de problématiques ave ded approches très humanistes sur des durée toujours plus courtes que prévues par les chefs de projet (pas toujours évident d’expliquer ou de glander pour ne pas vexer le chef ! ) Certains ont gagné bcp d’argent grâce à mon travail et en gagnent encore ces dernières années (je ne suis pas mauvais en business modèle et montage d’affaires…). Ces dernières années, ayant la tête qui dépassait de trop du rang, certains ont dépensé beaucoup d’énergie pour me couper les pattes, genre de comportement fréquent dans les grosses boutiques quelquefois gangrenées par la médiocratie, ce que je n’ai pas su gérer piur des raisons que qyhhe vous expliquez très bien… BURN-OUT … disjonction de la mécanique du corps… me suis donc lancé dans la résolution des problèmes de la mécanique de l’esprit 😉 et suis sur la bonne voie avec votre aide alors merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s